Catégories
Allemagne NEWS

🔎 Audi 80 Quattro Competition

Usurpation d’identitĂ©

Rien que le nom laisse rĂŞveur. On s’imagine dĂ©jĂ  Ă  son volant, une bĂŞte de course homologuĂ©e route dans les mains, bardĂ©e de manomètres, gavĂ©e de chevaux et campĂ©e sur un châssis dĂ©moniaque d’efficacitĂ©. Mais la rĂ©alitĂ© est parfois lĂ©gèrement diffĂ©rente. Octane-102.com vous emmène Ă  la dĂ©couverte d’une petite raretĂ© : L’Audi 80 Q.C…

A80 Quattro Competition. M.Leonhardt – Fotographie®

Présentation

Audi 80 Quattro CompĂ©tition. Sous ce patronyme flatteur se cache une sĂ©rie — très — limitĂ©e de l’Audi 80 de 4ème gĂ©nĂ©ration (B4) , au ramage qui ne se rapporte pas vraiment au plumage. Sortie des chaĂ®nes Ă  seulement 2500 exemplaires, ce modèle fĂ»t crĂ©Ă© dans deux buts bien prĂ©cis : pour la maison mère d’Ingolstadt, celui d’homologuer la 80 Q.C pour le championnat de Super Tourisme Allemand, et pour les opportunistes d’Audi France, mettre en concession un modèle qui cĂ©lĂ©brera leur suprĂ©matie durant trois annĂ©es consĂ©cutives (1991, 1992 et 1993) en Super Tourisme gaulois.


Moteur

Tout amateur de sportives — ou mĂŞme d’auto en gĂ©nĂ©ral — qui se respecte est en droit d’avoir un bouilleur digne de ce nom quand il se loge sous le compartiment d’un vĂ©hicule Ă  vocation sportive. Surtout quand deux termes sacrĂ©s comme « Quattro » et « CompĂ©tition » s’y trouvent mĂŞlĂ©s. Quand en plus on s’appelle Audi, avec une banque d’organes très bien fournie en motorisations pĂŞchues, peut-on m’expliquer ce que ce poumon de 2,0L 16v vient foutre ici ?

Alors oui, il est fiable et clairement indestructible (mais pas dĂ©pourvu de petits soucis bĂ©nins) , si tant est qu’il soit entretenu, il fait illusion sous le capot de la Golf 2 GTi16, puisqu’ils sont cousins. Mais pas sous le capot d’une berline qui flirte avec les 1400kg sur la balance ! Si encore il avait Ă©tĂ© retravaillĂ© pour lui faire cracher quelques chevaux supplĂ©mentaires bienvenus… Ce n’est mĂŞme pas le cas. Ce 2,0L multisoupapes dĂ©veloppe 137ch Ă  5900Trs et un couple de 185Nm Ă  4500Trs couplĂ© Ă  une boĂ®te cinq rapports. S’il n’en demeure pas moins volontaire, la firme aux anneaux a privilĂ©giĂ© le couple Ă  la rage, donnant Ă  ce moteur une souplesse et une philosophie typĂ©e GT routière plutĂ´t que sportive accomplie. Ne vous attendez pas Ă  ce que ce moulbif vous malmène, le 0 Ă  100km/h peine Ă  rester sous les 10s (9,8s), ce sera plutĂ´t vous la brute si vous souhaitez vous amuser un peu ! Et ce n’est clairement pas le châssis qui freinera vos ardeurs…


Châssis

Soyons objectifs, nos amis d’Outre-Rhin se sont vautrĂ©s sur la motorisation de ce modèle, mais qu’en est-il du châssis ? Je crois qu’ils se sont lancĂ©s un dĂ©fi Ă  la conception : crĂ©er une berline paradoxale. La 80, 4ème du nom, hĂ©rite du châssis de la prĂ©cĂ©dente gĂ©nĂ©ration, très bien nĂ© et ayant mĂŞme servi de base par la suite pour l’A4. Il se dĂ©marque par une stabilitĂ© presque Ă  toute Ă©preuve et un confort absolu mais, revers de la mĂ©daille,  » sportif  » ne fait pas partie de son ADN. Pour muscler un peu la 80 QC, Audi n’a pas cherchĂ© bien loin. Partant sur une base de la 80 2.0L 16v, elle se voulait dĂ©jĂ  moins pataude qu’une 80 « de base » mais pas assez efficace. Le choix fĂ»t radical et c’est purement et simplement le châssis de la S2 que le constructeur retint. La hauteur de caisse s’abaisse de 40mm, et l’amortissement est raffermi. La transmission 4RM Quattro est intĂ©grĂ©e, comme le freinage de la S2 avec ABS de sĂ©rie et les jantes alliage « BolĂ©ro » Ă  six bâtons en 16 pouces chaussĂ©es en 205/55/16. C’est tout pareil que la S2…

C’est vrai qu’il n’en fallait pas moins pour stopper les 137ch, canaliser les 185Nm et freiner les 1370kg… Un paradoxe on vous dit ! Le comportement routier s’en trouve Ă©videmment excellent, avec une motricitĂ© bien difficile Ă  prendre en dĂ©faut, une agilitĂ© remarquable pour une berline tri-corps et un freinage endurant. N’oubliant pas pour autant sa philosophie plutĂ´t GT que sportive pure et dure, la direction se veut souple (trop ?) et le confort prĂ©servĂ©. De quoi faire amèrement regretter l’absence de 30 ou 40ch supplĂ©mentaires, qui auraient permis d’en faire une berline pimentĂ©e de bon père de famille. Homme pressĂ©, mais raisonnable, prĂ©fĂ©rant l’atmosphĂ©rique dynamique au turbo bestial.


Extérieur et Carrosserie

Quitte Ă  piquer son châssis Ă  la S2, autant pousser le vice jusqu’au bout ! La Quattro CompĂ©tition enfile donc la mĂŞme tenue complète avec les boucliers spĂ©cifiques, baguettes et bas de caisse, feux avant lenticulaire et un aileron en aluminium. Hormis les bas de jupes et bas de caisse, la peinture est intĂ©grale et seuls trois coloris vous Ă©taient proposĂ©s en concession, Ă  savoir le rouge «laser» , le noir «volcan» nacrĂ© et l’argent mĂ©tallisĂ©. Tout comme sa grande sĹ“ur, l’ensemble reste sobre mais Ă©lĂ©gant, relevant le design un peu lourdingue de la 80, mais laissant Ă  la seule RS2 la primeur d’un tant soit peu d’exubĂ©rance.


Intérieur et Équipements

Rigueur et classicisme germanique sont, comme à l’accoutumé les maîtres mots. Ne cherchez pas de fantaisie, vous n’en trouverez pas. Le noir est incontournable comme c’est l’usage dans le groupe VAG. Les plastiques d’excellentes qualités soulignent des ajustements soignés, l’assemblage ne souffre d’aucun défaut (pour les années 90). L’impression de robustesse est omniprésente, aucun doute nous sommes bien à bord d’une Audi.

Si la gaietĂ© n’a pas Ă©tĂ© invitĂ©e Ă  bord, tout le reste a Ă©tĂ© conviĂ© : les sièges baquets provenant de la S2 arborent un tissu «Quattro» tout comme les panneaux de portes. Un monogramme Audi Sport «CompĂ©tition» prend place sur le tableau de bord, face au passager. L’instrumentation n’est pas en reste non plus car aux traditionnels compte-tours, tachymètre et tempĂ©rature d’eau s’ajoutent trois manos toujours en provenance de la S2. Ils vous informent sur la pression et la tempĂ©rature d’huile, et sont accompagnĂ©s d’un voltmètre. On ne peut d’ailleurs que fĂ©liciter Audi pour cet Ă©quipement permettant de garder toujours un Ĺ“il sur l’état du moulin, et ainsi prĂ©venir une avarie potentielle. Une petite ombre au tableau cependant : la prĂ©sence d’un volant quatre branches pour le moins classique et quelque peu disgracieux dans cet intĂ©rieur soignĂ©. La filiation avec la S2 ayant visiblement Ă©tĂ© le fil rouge, pourquoi ne pas lui avoir Ă©galement empruntĂ© son beau volant Ă  trois branches, quitte Ă  y remplacer le monogramme par un «CompĂ©tition» ? Peut-ĂŞtre pour ne pas froisser les possesseurs de S2 ? La question restera en suspens…

L’équipement de série n’est pas des plus généreux, habitude fâcheuse des constructeurs allemands, il faudra donc se contenter de la direction (trop) assistée, la fermeture centralisée, les vitres électriques à l’avant et l’airbag conducteur. Si cet équipement parait un peu sommaire, il a l’avantage de limiter le poids déjà conséquent de l’auto, évitant de pénaliser encore plus ses performances. Le catalogue d’options vous permettait d’agrémenter cet équipement avec le toit ouvrant, la climatisation, les vitres électriques arrières ou encore les rétroviseurs électriques et bien d’autres. Dernière particularité de l’équipement et non des moindres : toutes les 80QC étaient livrées avec un «kit piste» à leur acquéreur. Ce kit comprenait des rehausses pour l’aileron permettant d’arriver aux côtes «courses» de la vraie QC de Super Tourisme. Dans le but de faire de vous un client privilégié, une lettre vous était également remise à la livraison du véhicule, vous expliquant le pourquoi du comment de cette série limitée et numérotée. Pour enfoncer le clou définitivement, un porte-clé Audi Sport «Compétition» venait parfaire le tout avec votre numéro d’exemplaire inscrit d’un côté. De l’autre on trouvait les casques des deux pilotes du championnat allemand, accompagnés de leurs autographes.


Acquérir une A80 Q.C

Si au terme de cet article, ce modèle vous attire, dites-vous bien une chose : il va falloir vous armer de patience, les exemplaires sont rares, voir très rares ! Même si une grande partie a été vendue en France. Dans la compétition, on se souvient quasiment toujours du 1er, souvent du second mais très rarement du 3ème. Malheureusement, la 80QC ne déroge pas à la règle et contrairement à ses grandes sœurs, la S2 et la très mythique RS2, cette série limitée est tombée totalement dans les méandres de l’oubli. En conséquence, elle est devenue très vite abordable avant de tomber dans des mains peu soucieuses de la conservation qu’elle aurait méritée.

Forte d’une qualitĂ© de fabrication «Audiesque» , la rouille ne sera pas un problème, sauf si elle a subit des rĂ©parations en dehors des règles de l’art,  par un propriĂ©taire peu scrupuleux. Le bloc, Ă  dĂ©faut d’être un foudre de guerre, fait parti de ces moteurs qu’on qualifie d’indestructible. Toutefois son entretien n’est pas une option et s’il a toujours Ă©tĂ© fait correctement, les forts kilomĂ©trages ne doivent pas vous faire peur. Comme toute transmission intĂ©grale, l’entretien du pont Torsen devra attirer votre attention. Bien qu’il soit fiable lui aussi, et peu malmenĂ© par le couple modeste, la casse est très rare. Les seuls soucis rapportĂ©s par diffĂ©rents propriĂ©taires se situent principalement autour d’un ralenti parfois capricieux, la sonde de tempĂ©rature d’eau qui peut se mettre Ă  dysfonctionner (les deux problèmes Ă©tant souvent liĂ©s) et un câble de compteur sujet Ă  la casse. En somme rien de bien mĂ©chant et/ou d’onĂ©reux.

Privilégier de préférence un modèle avec un minimum d’historique si vous ne voulez pas partir dans une coûteuse restauration. Pour finir, abordons le budget, sempiternel nerf de la guerre. Les rares modèles disponibles sur le marché varient de 2500€ à 4500€, ce prix pouvant être supérieur pour un modèle entièrement restauré avec soin. N’espérez pas trouver un exemplaire encore pourvu des rehausses ou du porte-clés spécifique. Majoritairement égarés, il y a peu de chance pour qu’ils vous soient fournis.


Conclusion

Alors cette A80 Q.C, usurpatrice ou paradoxale ? Je vous laisse seuls juges. Châssis de S2, intĂ©rieur quasi-complet de S2, monogramme et accessoirisation spĂ©cifique, prĂ©sentation de S2, exemplaires limitĂ©s., et… Motorisation de sa base de dĂ©part, aucune amĂ©lioration pour venir parfaire une sĂ©rie aspirant Ă  devenir collector en puissance, au mĂŞme titre que ses deux sĹ“urs. RaretĂ© de l’édition — encore plus — limitĂ©e incluse. Audi avait tout rĂ©uni pour vous donner l’illusion que vous alliez rouler en S2 pour moins de 150000frs, hors-options, Ă  un dĂ©tail près : ce moteur trop modeste pour exploiter un châssis pouvant accueillir bien plus. Le dĂ©faut d’une fausse pièce d’identitĂ© qui vous dĂ©masque et fait apparaĂ®tre au grand jour que vous n’êtes pas celui ou celle que vous prĂ©tendez ĂŞtre. Il ne reste plus qu’à espĂ©rer qu’une poignĂ©e de passionnĂ©s sauvent les quelques rares exemplaires restants, parce que malgrĂ© tout, elle en vaut la peine au nom de l’histoire de la marque en compĂ©tition…

Vince R.


Caractéristiques Techniques

NomA80 Quattro Competition
Millésimes1994-1995
Type Mine
Fiscalité11cv
Code moteurACE
ArchitectureS4 DOHC
Cylindrée1984cm³ (2.0L)
AspirationAtmosphèrique
Soupapes16v
ImplantationLongitudinale
GestionBosch Motronic
AxC82.5 x 92.8
PMax137cv @5900rpm
CMax185Nm @4500rpm
RMax6500rpm
Type(AWD) Intégrale permanente
BoiteBVM5
Pneus205/50 VR16
Freins avantDisques ventilés
Freins arrièreDisques pleins
VMax206kmh
0-1009″8
80-1206″6
400m17″4
1000m32″1
Poids1370 kg
RPP10 cv/kg
RPL68 cv/L
Conso mixte8,6 l/100
Tarif Neuf
(de base)
150 000 frs
Cote 2017~3500 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *